Pour tous les fans incontournables de la mythique Mini, BMW met en avant la Mini Cooper SE. Je vous propose de découvrir cette nouvelle citadine.

Le mode d’autonomie de la Mini Cooper SE

Le modèle affiche 184 chevaux fourni par BMW via le moteur i3S. Actuellement, il faut compter sur 32,6 kW/h avec une capacité exploitable de 28,9 kW/h.

Comparativement la Zoé de Renault caracole tout de même à 52 kW/h. En matière d’autonomie, une charge unique permet d’avaler l’équivalent de 225 à 324 km.

Durant l’essai, la consommation descend rapidement à 8,5 kW/h les 100 km en fin de parcours.

Le confort propre à la Mini Cooper SE

Au niveau du châssis, les suspensions sont fermes. Ainsi, les aspérités de la route sont généralement amorties.

En matière d’esthétique, il est possible de retrouver les couleurs similaires aux modèles thermiques. Par ailleurs, il est permis de réserver la finition Greenwish.

Elle est disponible en jaune et propose des jantes asymétriques très originales.

L’habitacle du modèle britannique

Elle est dotée d’une instrumentation numérique. Par ailleurs, l’habitabilité arrière demeure pratique.

En effet, la batterie n’a pas dérangé l’espace réservé au rangement. Le volume du coffre demeure également accessible.

Les habitués de la Mini peuvent retrouver leur volume habituel.

Le mode de charge spécifique de la Mini électrique

La charge de l’engin avoisine les 80 % en 2 h 30 s’il s’agit d’un courant alternatif en 11 kW. Pour un courant continu, il faut compter 35 minutes pour 50 kW.

Comme la batterie est de petite taille, la puissance est optimisée.

Les modes de conduites présentes

Sur la Mini Cooper SE, les modes de conduite impliquent 4 options. Ces modes sont activées dès que l’accélérateur est enclenché. Elles peuvent aussi répondre à la consommation électrique des équipements de bord.

Le mode de conduite sport n’est pas vraiment la tasse de thé de la Mini Cooper. Le mode de conduite Mid ne se révèle pas terriblement folichon.

Il n’est pas nécessaire de s’étendre sur le sujet. Le mode Green n’est pas réellement stupéfiant.

L’essai démontre que le constructeur peut faire mieux à ce sujet. Quant au mode Green +, il est à recommander.

En fait, deux puissances de récupération d’énergie sont présentes. Le conducteur peut opter entre faible et forte.

Sur le terrain, les intitulés seraient plutôt forts et très forts. Néanmoins, le mode roue libre n’est pas présent.

Cette lacune réduit l’optimisation de l’éco-conduite. En effet, l’interrupteur de récupération d’énergie gagnerait à être amélioré au moment de la décélération

L’utilisation ponctuelle devient compliquée. Retrouvez d’autres modèles électriques ici.

Crédit Photo : largus.fr & automobile-propre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *