Présenté par de nombreux constructeurs, le carburant de synthèse ne constitue par la panacée selon une ONG. Je vous fournis de plus amples informations sur cette révélation.

Une étude qui remet en question

L’ONG Transport et Environnement est un organe historique en matière de développement durable dans le secteur automobile. Pour cette fois, l’ONG s’intéresse aux carburants de synthèse.

Plusieurs études ont révélé que ce type de carburant ne possède aucun atout économique et écologique.

Les arguments des constructeurs

En fait, les constructeurs mettent en avant les atouts des carburants liquides de synthèse. Cela concerne un stockage aisé, un plein rapide, un réseau de distribution fonctionnel.

La conscience écologique se veut similaire à l’électro-mobilité. Dans les cas de véhicules neuf ou usagé, le coût de possession d’une voiture thermique qui fait appel au biocarburant est beaucoup plus élevé.

La conclusion de l’étude de l’ONG T&E

Economiquement, le carburant de synthèse ne fait pas l’affaire. En effet, la production de ce produit demande de l’énergie électrique en forte proportion.

Ce type d’énergie est pourtant utilisé sans transformation sur les voitures électriques et les dispositifs de stockage mobile à travers les stations de recharge. Ainsi, une voiture à batterie émet entre 38 à 46 CO² en moins sur la totalité du cycle de vie, y compris la production.

Ces données reposent sur le modèle européen de production d’électricité d’ici 2030.

A propos du carburant de synthèse

Le carburant de synthèse ou e-carburant met en avant des phases de production. Elles impliquent l’usage de dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère ou issu de rejets industriels.

Il faut ajouter l’hydrogène provenant de l’électrolyse de l’eau. Le mélange procure du méthane traité par le procédé de Fischer-Tropsch.

Le carburant de synthèse peut être transformé en e-essence, en e-diesel, entre autres.

Les autres concepts de carburant de synthèse

Pour sa part, le PtG ou power-to-fuel propose une voie de stockage et de valorisation de l’électricité en excédent. Il est également permis de faire appel à l’exploitation du CO² qui provient des rejets des unités de bio-méthanisation des déchets organiques.

Par ailleurs, un autre concept table sur le biogaz provenant de la bio-méthanisation pour disposer de carburants liquides.

Le cas du biocarburant

Il s’agit d’un carburant alternatif. Il diffère des autres types de carburant. Le biocarburant est aussi connu sous le terme de carburant avancé.

Il résulte de déchets ou de sous-produits. Le carburant avancé fait également référence aux stockages chimiques de l’électricité.

Découvrez d’autres sujets ici.   

Crédit Photo : chem4us.be & theconversation.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.