La loi des finances 2022 est loin d’être en faveur des automobilistes

Le projet de loi des finances pour 2022 connait une présentation remplie de taxes. Je vous dévoile un aperçu des nouvelles plutôt coûteuses pour les usagers motorisés de la route.

Le malus au poids en question

Largement redoutée, la loi apporte plus de précisions sur cette disposition. Hormis le malus lié au CO², la Convention citoyenne sur le climat a pesé de tout son poids.

Le gouvernement a tenté d’assouplir les règles initiales. Ainsi, la taxe va toucher les véhicules excédant 1 800 kg.

Les hybrides rechargeables plus autonomes et les véhicules électriques ne sont pas concernés.

Un bonus moins attrayant

Depuis le 1er juillet 2021, le bonus le plus élevé pour un véhicule électrique de moins de 45 000 € est de 5 000 €. Pour un modèle électrique compris entre 45 000 à 60 000 €, le bonus est de 1 000 euros.

L’hybride rechargeable ne profite d’aucune aide. La prime à la casse prend fin pour les diesels depuis le 1er juillet 2021.

Les plans d’investissement

Plusieurs pistes sont alignées pour « bâtir la France de 2030 ». De multiples secteurs d’avenir innovants nécessitent 30 milliards d’euros d’investissement.

Cela peut toucher la production de batteries en France pour les modèles électriques. Il faut citer le développement d’une filière consacrée à l’hydrogène.

Le cas du CO²

Le seuil de déclenchement est encore revu à la baisse. Le barème de 133 g/km de CO² descend à 128 g/km de CO².

Quant au montant maximal, il passe de 30 000 à 40 000 euros. A titre d’exemple, la Renault Clio 5 T Ce 90 X – Tronic est soumise à une taxe minimale.

Néanmoins, le malus ne peut excéder 50 % du prix du modèle. Autre exemple avec le Ford Mustang V8.

Ce modèle ne sera pas soumis au même malus que la Ferrari 812 Superfast. Toutefois, plusieurs modèles de la gamme Land Rover sont doublement pénalisés.

En effet, ils vont subir la taxe sur le poids et le malus CO².

Quelques astuces pour réduire la facture

Il vaut mieux négocier avec le concessionnaire pour l’achat d’un véhicule neuf soumis aux malus 2022. La pénurie de semi-conducteurs ne facilite pas les anticipations car les délais de livraison s’avèrent plus longs.

En effet, le barème 2022 est applicable dès le 1er janvier. Le choix d’un véhicule en stock est une autre option.

Certes, l’immatriculation anticipée peut être effectuée par le concessionnaire. Toutefois, la nécessité de disposer d’un numéro de série requiert une entrée en production.

Cela peut prendre 2 à 3 semaines avant la livraison réelle. Le modèle en stock immédiat est aussi une solution.

Découvrez plus d’actus ici.  

Crédit Photo : largus.fr & auto-infos.fr

Fan de voiture depuis la 205 GTI de mon père (oui ça date), je traque depuis la nouveauté, l’info exclusive sur la sortie du dernier modèle BMW ou autre ! En somme j’ardore les voitures, l’adrénaline qu’elles procurent en les conduisant ou simplement en les regardant #lambo 🙂