Il est de plus en plus fréquent de tomber sur des accidents ou incendies dus au mauvais état du turbocompresseur. Pourtant, il s’agit généralement de pannes évitables lorsqu’on sait bien s’y prendre. Voici nos conseils pour vous aider en la matière !

Causes de la casse d’un turbocompresseur

Le turbo dans son ensemble, a besoin de tous ses éléments pour fonctionner. Ainsi, l’une des causes de sa casse est l’intrusion de pièces extérieures (écrou, sable, etc.) en son sein. De même, une usure des hélices de la turbine ou la mauvaise alimentation d’huile dans ce dernier peut provoquer un dysfonctionnement du système comme décrit par Mister Turbo.

D’ailleurs, dans bon nombre de cas, les causes d’une casse de turbo naissent soit lors de son remplacement, soit d’une mauvaise utilisation du véhicule. En effet, une voiture trop longtemps égarée peut effectivement être sujette au renouvellement de turbocompresseur.

Quand changer son turbo ?

En principe, les ailettes d’un turbocompresseur servent à performer le moteur en envoyant de l’air comprimé dans le cylindre. Ainsi, il y a lieu de changer le turbo, dès que cette performance baisse. Et pour confirmer la théorie, il vous faut remarquer une fumée trop blanche ou noire et sa consommation en carburant devient excessive.

Mais attention, il faut impérativement respecter certains principes pour éviter qu’un prochain renouvellement ne survienne avant 200 000 ou 300 000 Km.

Comment monter un turbocompresseur ?

En vrai, le montage d’un turbo relève des compétences d’un mécanicien, car il nécessite entre autres :

  • Le remplacement du filtre à air et à huile ;
  • Le nettoyage de la vanne EGR ;
  • La vérification du circuit de graissage ;
  • La vidange de la seringue d’amorçage dans l’arrivée d’huile ;
  • La vidange du lubrifiant.

Juste après cela, il est indispensable de laisser tourner le moteur au ralenti quelques minutes puis à plein régime avant de l’éteindre normalement.

Qu’en est-il de la RENAULT Scenic II 1,9 dci 130 CV ?

Ce dernier modèle de Renault bat le record de ses prédécesseurs en termes de performance. Grâce à son turbo, il fait 9,1 secondes pour les 100 km/h contre 12,1 secondes pour la même accélération du Scenic II 1,9 dci 120 CV. Elle ferait un meilleur bestseller pour débattre sur sa moindre consommation en milieu urbain.

En somme, retenons qu’un turbocompresseur participe à l’amélioration du rendement d’un moteur. Son changement n’est pas hasardeux. Il doit suivre une démarche typique mettant le véhicule à l’abri des mauvaises surprises. Aussi, n’hésitez pas à vous tourner vers un mécanicien professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.